Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 18:45

En cette période où grâce à la sourcilleuse vigilance et à l’esprit éclairé de l’inestimable Jean-François Copé et de quelques autres, les livres pour enfant font l’objet d’une remarquable promotion, je viens de découvrir au hasard d’un rangement trois « cahiers d’activités » réalisés par Minus Éditions[1], en 2012 : « J’aime la préhistoire », « Vive la poésie », et « J’aurais voulu être un artiste ».

Ce dernier titre propose à ses jeunes lecteurs et à leurs parents de partir à la découverte des principaux mouvements artistiques du 20e siècle, Impressionnisme, Expressionnisme, Cubisme, Art abstrait, Dadaïsme, Surréalisme, Pop art. Quelques définitions, quelques précisions, et des incitations au dessin.

Voici qui n’est déjà pas si mal en matière d’initiation.

Cerise sur le gâteau, le fascicule se termine sur « Les petits trucs pour ne plus s’ennuyer au musée » présentés comme autant de « jeux à faire devant les tableaux de ton choix, pour y découvrir plein de choses ! »

Bravo ! Nous sommes dans le droit fil de ce que nous défendons Alain Sagault et moi depuis longtemps, aussi bien par des écrits partagés qu’à l’occasion de rencontres lors d’expositions, ou bien à la demande d’un musée.

La série des jeux suggérés est la suivante :

1 – Être d’abord sensible à l’impression ressentie face à une œuvre. Nommer cette impression première.

2 – Imaginer une histoire possible racontée par le tableau regardé (à propos des montres molles peintes par Dali, l’éditeur suggère qu’il pourrait s’agir de montres allongées sur un rocher, lasses de toujours donner l’heure sans jamais s’arrêter…).

3 – Écouter les bruits émanant du tableau (foule, discussions, sonorités diverses).

[J’ajouterai volontiers s’efforcer d’entendre parfois la qualité du silence.]

4 – Enfin s’approcher et scruter la manière dont est peint le tableau (juxtapositions, couleurs, coups de pinceau, hachures, etc.).

Leçons majeures :

1 - D’abord, place au sensible, après seulement l’approche technique et culturelle. D’abord le rêve et l’utopie, les limites imposées par le savoir ne sauraient constituer un préalable.

Vivre en priorité, philosopher ensuite, conseillaient les anciens (primum vivere, deinde philosophari).

2 – Plusieurs lectures sont non seulement possibles, mais hautement souhaitables à partir de mêmes données.

Le scandale réside sans doute dans le fait que la littérature jeunesse puisse réfuter toute lecture univoque de ce qui nous est proposé et inciter à l’expression d’alternatives aux démarches habituelles, de même qu’à la confrontation des idées.

Le scandale réside sans doute également dans le fait que la littérature jeunesse puisse valoriser démarche ludique et initiation à l’esprit critique.

Ne serait-ce justement pas cela qu’on baptise Culture ?

Serait-ce alors pourquoi ce que l’on baptise Culture est si souvent suspect et méprisé par les tenants de l’Ordre établi et de la langue de bois ?

[1] www.minus-editions.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Blogue-note de Jean Klépal
commenter cet article

commentaires

Sophie 20/02/2014 23:41

Belle réfléxion! Je ne connaissait pas l'existence de ces cahiers, mais je suis contentes de savoir qu'il existe cet tentative d'inicier les plus jeunes au monde de la culture...


Je viens de commencer mon premier blog d'écriture et ca me ferait très plaisir si tu pouvais aller y jeter un coup d'oeil et me donner ton avis :) Bonne continuation!

http://desmotsalalune.blogspot.com/

lolo 18/02/2014 16:07

A mon avis, ce jeu peut également intéresser les moins jeunes qui font souvent tant de réflexions stupides devant un tableau plutôt, en effet, que d'imaginer, de sentir, d'écouter ...
Bises

LE PICARD FRANCOIS 16/02/2014 19:06

Sympa de ressortir en effet ce cahier, une pédagogie semblant très attractive pour notre jeunesse...et les moins jeunes souvent timides et se croyant peu aptes à comprendre œuvres et arts en général. J'en prendrai volontiers connaissance lors de ma prochaine visite à Marseille.
Merci Jean de continuer ce bel exercice de veille pour tes correspondants, amis et les autres. Grandes Amitiés. François