Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 23:54

D’abord l’impossibilité de mettre des mots, la crainte de trop vite parler de l’horrible nouvelle : l’assassinat d’un journal. Le silence s’est tout de suite imposé comme une nécessité, voire comme une tentation.

Un long échange en forme de veillée organisé par Médiapart a réuni de nombreux journalistes d’horizons différents, Le Figaro compris. Cette soirée impromptue est à l’honneur de la presse si souvent justement décriée. Elle témoigne de la permanence d’une réflexion et d’une conscience des responsabilités de cette profession que l’on peut hélas souvent croire bien amenuisée.

Nous sommes confrontés à un événement sans précédent dont les conséquences sont encore indiscernables. Que sera demain ? Un commando de gangsters a commis un crime intentionnel : le massacre de personnes nommément désignées. Ce qui n’a rien à voir avec un attentat aveugle.

Nous sommes confrontés non seulement à une atteinte à la liberté, mais aussi à un crime contre l’humanité.

Cette monstruosité a immédiatement été perçue puisque de nombreuses manifestations spontanées ont eu lieu en de nombreuses villes, en France et aussi à l’étranger. Des citoyens se sont réunis hors de toute organisation préparée pour manifester leur attachement à la liberté. La nécessité de se rencontrer et de parler les a mis en mouvement.

Très vite des dirigeants religieux ont pris position pour dénoncer la barbarie. Aucune religion ne peut être mise en cause, aucun amalgame ne peut être admis. Des assassins, véritables fous furieux ne peuvent en aucun cas être confondus avec les adeptes d’une religion particulière. La stigmatisation serait un piège comparable à celui dans lequel sont tombés les États-Unis après le 11 septembre 2001. Nous en connaissons les conséquences, l’Irak, Guantánamo, etc., dont nous sommes loin d’être sortis.

La haine identitaire ne peut qu’entretenir une haine obsessionnelle, source d’une névrose guerrière. Ne nous laissons pas entraîner dans cette terrible dérive.

C’est la liberté de chacun qui est en jeu. Le combat pour la liberté, pour l’égalité, constitue le seul objectif susceptible de résistance à la gangrène de la haine. Nous sommes tous solidaires, quelle que soit notre origine. Être différents, avoir des divergences, l’insolence, l’ironie, la satire, fondent notre liberté. Celle-ci constitue à coup sûr la cause commune qu’il nous faut refonder. C’est la défense acharnée de cette liberté de penser différemment qui peut s’opposer à la terreur et à ses conséquences mortifères.

Une surenchère du type Patriot Act mis en place par l’administration Bush ne pourrait qu’alimenter le conflit latent dont souffre notre pays depuis des années. Puissions-nous nous en garder. Ni les violences policières, ni le déploiement théâtral de militaires dans l’espace public ne peuvent rien empêcher.

La réflexion sur une réinvention de la politique s’impose à chacun comme une nécessité absolue. C’est la poursuite de notre humanité qui est en jeu. Puisse la presse victime d’un terrible assassinat se ressaisir et nous accompagner dans ce combat.

Il y aura nécessairement un après 7 janvier 2015.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

quatrebarbes 08/01/2015 08:41

J'aime. "La réflexion sur une réinvention de la politique s’impose à chacun comme une nécessité absolue. C’est la poursuite de notre humanité qui est en jeu. Puisse la presse victime d’un terrible assassinat se ressaisir et nous accompagner dans ce combat."

Présentation

  • : Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal
  • Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal
  • : Remarques, réflexions, parti-pris et jets de vapeur sur la vie qui va et ses détours.
  • Contact

Recherche