Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal

Montaigne, Proust, Covid

25 Février 2021 , Rédigé par Blogue-note de Jean Klépal Publié dans #Montaigne, Essais ; Proust, La Recherche ; Covid ;

Il m‘est arrivé à diverses reprises d’avoisiner consciemment le trépas. L’ablation d’un méningiome, une hémorragie interne, le Covid, me furent occasion de me voir la main sur la poignée de l’EXIT final. Trois expériences fort intenses, deux d’entre-elles lumineuses et colorées, presque festives. La troisième plutôt noiraude, étouffante, et calfeutrée dans une mousse opaque.

Comment alors ne pas évoquer le célébrissime récit de Montaigne contant son accident de cheval ?

« … n’ayant ni mouvement ni sentiment, non plus qu’une souche … reprendre un peu de vie … mes premiers sentiments étaient beaucoup plus approchant de la mort que de la vie … Il me semblait que la vie ne me tenait plus qu’au bout des lèvres : je fermais les yeux pour aider .. à la pousser hors, et prenais plaisir à m’allonger et à me laisser aller. » (Essais – II, 6)

Le Covid entraîna un profond épuisement, une perte de ressources. La conscience du passage en cours ne fut que seconde. D’abord essentiellement un constat d’impuissance. L’immédiat primait.

Suivit une longue période où ne comptait que la possibilité d’exécuter une tâche simple : déclencher un  appareil d’assistance, inhaler une mixture, ingurgiter des pilules… Une stricte répétition de tâches élémentaires ponctua les jours et les soirées, un long moment. Prises de tension, contrôle du taux d’oxygénation, routine émolliente.

Très peu discernables, de très lents progrès se mettaient en place. Seul le franchissement de paliers infimes suggérait quelque timide avancée. A force de mini reprises physiques, apparut un vague désir de reprendre peut-être un jour l’élaboration d’un recueil mis en chantier dans la période antérieure, et déjà bien avancé. Mais, écrire requerrait des efforts considérables, lire me paraissait presque hors de portée. Concevoir une chose, tenter de l’exprimer, s’apparentait à chercher à s’agripper à une surface lisse, sans aucune prise possible. Sisyphe rodait.

Lassitude, remise sans cesse à plus tard, idée d’abandon, tant pis. Le dossier était là sur ma table de travail, totalement inaccessible.

« Les difficultés que ma santé, mon indécision, ma procrastination … mettaient à réaliser n’importe quoi, m’avaient fait remettre de jour en jour, de mois en mois … l’accomplissement de certains désirs. » (Marcel Proust – Albertine disparue, La recherche du temps perdu)

Le temps passe, la lecture redevient possible, voire attirante, quelques brèves tentatives d’écriture aboutissent. L’envie s’impose de reprendre l’élaboration délaissée d’un recueil de textes. Il est parfois doux d’y penser, mais cependant rien ne se passe. Repousser, différer, en parler, suffiraient-ils ? Non bien sûr. Un certain jour, pourquoi, comment, intervient le passage à l’acte, de manière totalement autonome, semble-t-il. Insight dirait peut-être quelque apprenti psychologue. Quelle joie, quel bonheur ! Un cap est franchi ! Aurais-je retrouvé une situation quo ante ?

Ce jour-là je décide de rompre la monotonie de ma vêture. Je choisis une de ces chemises colorées que j’affectionne, retiens un gilet plutôt qu’un pull dépenaillé, fais ressortir un pantalon bien plus convenable que celui de ma tenue de malade. Peau neuve !

Il restait peu à faire. La chose est réalisée rapidement, le plus difficile fut de retrouver le principe d’élaboration initial, ceci obtenu il ne s’agit presque plus que d’un jeu.

Un éditeur initialement pressenti semble toujours disponible. Des obstacles des mises au point sont à prévoir. Qu’importe ! Que vogue ou non la galère est presque devenu second.

 

 

PS : Des dessins sans aucun rapport avec ce qui précède demandent à prendre l’air, sans plus de prétention. Je m’en vais les délivrer au fur et à mesure des Epistoles à venir. Comme un semis d’herbes folles. Après tout, ils existent, pourquoi les confiner ?

Montaigne, Proust, Covid
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article