Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 10:22

 

L’art, c’est indéniable, en ces temps de mépris, de mensonges et de fausseté cynique, constitue la ressource suprême, le refuge par excellence face à la médiocrité érigée en principe obligé. L’art et sa pratique deviennent de plus en plus lieux et moments d’une opposition irréductible à ceux qui ne faisant que compter périment la pensée et nient la personne en chacun.

L’art, c'est-à-dire autre chose que la grossièreté et le bavardage marchandisés de musées ou lieux d’expositions officielles transformés en grandes surfaces devenues de véritables abattoirs culturels, selon la formule hardie de Jean Clair.  

L’art, c'est-à-dire l’intelligence, la finesse, la générosité, le développement de la sensibilité et l‘humble respect. Respect de l’intime de l’œuvre, du créateur, de ses témoins directs, du public et du mystère de la création.

 

Outre la peinture, musique et danse sont des lieux privilégiés pour agir et vivre intensément ce respect nécessaire à une élévation de soi.

Le caractère éphémère des moments de rencontre exacerbe assurément exigences et émotions. Tout doit être parfait, aucun rattrapage n’est jamais possible ; aucun repentir envisageable. Concert ou spectacle chorégraphique installent les partenaires, interprètes et public, dans une tension sourcilleuse et partagée. La perfection s’impose comme seule issue. Elle seule permet un accès à l’art, grâce à un partage du vécu.

 

Se trouve posée la question d’une approche de la création artistique, autrement dit celle de la pédagogie de l’éveil. La culture s’enseigne et permet des acquisitions ; elle favorise à l’évidence une prise de conscience progressive de soi. Les connaissances sont  indispensables au soclage et à l’équilibre d’une existence, et cependant la culture et les discours qu’elle véhicule se révèlent impuissants à développer une sensibilité véritable à l’art.

Celle-ci se favorise et s’amplifie, elle s’acquiert par l’écoute individuelle des émotions, la réflexion, la comparaison et l’échange attentif et continu avec les officiants eux-mêmes, artistes et amateurs passionnés. Il s’agit de rien moins qu’une alchimie. Cette impalpable sensibilité échappe au discours strictement culturel comme à la pudeur des sentiments.

Opposition irréductible entre avoir, savoir, et être.

 

Roland Hayrabedian, directeur musical de l’Ensemble Musicatreize connaît tout cela. Il a fort bien compris la nécessité du dialogue et de la connivence avec un public aussi large qu’il se peut.[1] A l’occasion de la présentation commentée d’un travail en cours, il sait oser prendre le risque bien maîtrisé de rendre publiques des répétitions, voire de partager les interrogations d’un compositeur. Il va même jusqu’à permettre, en parfait accord avec ses solistes interprètes eux-mêmes porteurs d’une préoccupation analogue, des rencontres organisées au domicile de quelques amateurs assidus, occasions rares d’expériences notables de réduction des distances à l’art.

C’est dans cette optique qu’il propose au public de Marseille et de la région parisienne d’accompagner la progression d’un vaste projet, la création en avril 2013 d’un oratorio, Odyssée, sur un livret d’Alberto Manguel. Ces rencontres passionnantes se déroulent en compagnie du compositeur Oscar Strasnoy, pour lequel elles sont autant d’occasions de préciser sa démarche.

 

Quoi qu’il puisse se passer dans le tumulte d’un monde désorienté, l’art fait accéder à l’essentiel : nourrir des échanges attentifs et respectueux de l’altérité, sur fond d’intelligence partagée. Cela suppose que chacun développe sa capacité à se révéler à l’autre en tant que personne dans un rapport de stricte égalité, aiguillonné par un doute commun car l’art ne saurait se montrer péremptoire.

 

 



[1] Des chorégraphes comme Angelin Preljocaj ou Michel Kelemenis incluent également ce souci dans leur pratique artistique. Leur insertion dans la vie culturelle de leurs lieux d’implantation en est notablement renforcée.

Partager cet article

Repost 0
Published by épistoles-improbables - Blogue-note de Jean Klép
commenter cet article

commentaires

VILLAIN 14/06/2012 18:40

Tu nous régales Jean, c'est apaisant et excitant à la fois de venir butiner tes propos. Tous mes encouragements pour continuer . Amitié. Nicole

Pascal Bruno 08/06/2012 09:47

je vais savourer 'les notes de lecture' avec gourmandise. Merci, jean.

Pascal Bruno