Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 09:00

Les « leçons de choses » sont devenues au fil du temps « sciences naturelles », puis « Sciences de la Vie et de la Terre », appellation qui convient à l’examen des choses que nous vivons en ces temps idylliques de l’an de grâce 2017.

<

Je demandais récemment à une universitaire honoraire de forte réputation, ex titulaire d’une chaire de psychologie, de me brosser le tableau clinique du très honorable M. Fillon. Impossible, me répondit-elle, il n’appartient pas à notre monde.

Et voilà, Monsieur, pourquoi votre fille est muette.

<

Nous vivons un temps étonnant, magnifique, exaltant, où la parole prononcée n’engage en rien, où les mots s’évaporent sitôt qu’émis, simples nuages gazeux vite dissipés par des bavardages incessants.

Quelques attardés s’offusquent de ce progrès décisif de la liberté de penser.

Les benêts ! Ils ne savent pas vivre avec leur temps.

Tartuffe, contemporain majeur, donne la note.

Laurent, serrez ma haire avec ma discipline.

Imaginerait-on le Général de Gaulle mis en examen ?

<

En compagnie du très honorable M. Fillon, Dame Le Pen s’est invitée au théâtre de Guignol.

Pour l’un comme pour l’autre, les juges doivent être rossés. Ils sont indignes de l’institution prestigieuse hautement respectable (il va de soi) dont ils se réclament, alors qu’ils la dénaturent. Il en va de même des journalistes, qui ont le front d’user (bien timidement) de la liberté de la presse.

Vertueux et dévoués au bien commun, le Monsieur et la Dame nous rappellent opportunément cette vérité fondamentale de la turpitude des personnes malfaisantes outrepassant les limites de leurs attributions.

Cornegidouille ! A la trappe, mère Ubu !

L’un comme l’autre sont en mission au nom du Tout Puissant. Ils dévoilent en pleine clarté quels joyeux drilles ils seraient s’ils étaient élus. Quelle fête permanente, quelle joie promises.

Pour le moment, ils ne reconnaissent pour censeur suprême que le Peuple souverain.  

En vérité, en vérité, je vous le dis ... Il n’y a que l’électorat pour équivaloir le Jugement de Dieu.

(Le propos omet de préciser que si le peuple se prononce mal, il faudra bien le dissoudre dans la chaux vive.)

Peu importe que l’un des deux soit excommunié par les siens. La vertu pédagogique de l’aventure anti juges est si éclatante que ses effets sont très porteurs.

Vivent les méthodes actives : coups de force, attaques ad hominem, rébellion, juridisme, mensonges calomnieux, parjure, appel à l’insurrection, détournement multiples, dissimulations, usage de faux, acharnement forcené, népotisme... En elles résident la créativité, l’innovation, et les indispensables avancées sociales au service des entreprises.

Demain sera enfin un autre jour. Gaudeamus.

On n’arrête pas le progrès.

Les lendemains qui chantent (partition pour orgue de Barbarie).

<

Dents blanches, haleine fraîche !

Sur son nuage, à l’abri de sa bulle monospatiale, maître dans l’art du bonneteau, Jupiter grimé en séduisant perdreau de l’année tient boutique chez tous les Amphitryons honorés de l’accueillir, bluffés par la charmante nouveauté d’un procédé inédit (oubliés à jamais l’affriolant Lecanuet et le sémillant Giscard). Vieux routier des allées du pouvoir, conseiller officiel, puis membre d’un gouvernement qu’il a largement influencé, démissionnaire pour mieux revenir, il jouit du mystérieux privilège de l’Immaculée Conception.

Par ici, le stand de la barbe à papa !

Tournez manèges !

<

La violence faite à autrui est si permanente qu’elle est devenue banale. Elle est indispensable à la satisfaction des pulsions les plus élémentaires : assouvir le besoin de puissance, se satisfaire avant tout, dominer et jouir sans entrave.

(Qui aurait le front de penser ici à  cet autre Honorable qu’est Mr Trump ?)

Qui veut faire l’ange, fait la bête.

Un bon maître, on en aura un quand chacun sera le sien.

Nous sommes confrontés à la volonté de pouvoir absolu d’un seul, contre tous.  C’est-à-dire à une logique de prédateurs fous furieux. Des fauves que rien ne retient, auxquels tout est permis.

Après moi, le chaos.

<

Totalitarisme, despotisme, fascisme ?

Allons donc ! Maitrisons notre propos, demeurons gens de bonne compagnie, tenons à distance les excès et les grands mots inutiles qui les accompagnent !

Il convient qu’en langage châtié ces choses-là soient dites.

<

Face à cela un duo pathétique : Footit prodigue exigences et conseils à l’égard du malheureux Chocolat empêtré dans l’histoire de sa tribu d’origine. Fort peu les sépare, mais cela est énorme. Quelques divergences l’emportent nettement sur la somme considérable de leurs convergences. 

Liés par un phénomène d’attraction-répulsion, ils courent à leur perte et nous entrainent dans leur chute infernale.

Alceste souhaite perdre son procès pour mesurer à quel point le monde est mauvais.

Je t’aime, moi non plus.

Jaurès, réveille-toi, ils sont devenus fous !

<

L’actualité est croustillante, ne boudons pas notre plaisir.

Profitons de l’instant qui passe, il est gouleyant à souhait.

Le risque de ne pas le  voir se reproduire avant longtemps est bien réel.

Repost 0

Présentation

  • : Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal
  • Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal
  • : Remarques, réflexions, parti-pris et jets de vapeur sur la vie qui va et ses détours.
  • Contact

Recherche