Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal

Des peluches face aux monstres

12 Janvier 2019 , Rédigé par Blogue-note de Jean Klépal Publié dans #Squat Marseille ; Mar seille Noailles, rue d'Aubagne ; Conseil Départemental 13 ; Région Provence ; violences, affrontements

Depuis le 8 décembre 2018, une bastide appartenant au Diocèse, ancien Foyer de Saint-Just, à Marseille, est squattée par le Collectif MIE 13 (Migrants Isolés Etrangers).

Dans une lettre ouverte du 9 janvier, le Collectif déclare : « Nous organisons cet hébergement alternatif non pour pallier durablement les carences du Conseil Départemental et de l’Office d’Immigration et d’Intégration (OFII), mais pour alerter une fois de plus sur leur volonté politique de surseoir à leurs obligations de protection de l’enfance et d’hébergement des demandeurs d’asile. En effet le CD reconnaît aujourd’hui avoir les moyens financiers d’accueillir dignement les jeunes, mais prétend qu’il s’agit de « politique migratoire » et que c’est donc à l’Etat de prendre la situation en charge. (…)

204 personnes (familles et mineurs isolés) séjournent dans le bâtiment dans lequel le Diocèse a décidé de remettre l’électricité et le chauffage (…). Nous remercions le Diocèse pour son engagement, alors qu’il appartient au CD et à l’OFII de supporter la charge que représente cette occupation. Nous luttons pour que le CD et les services de l’Etat remplissent leurs obligations légales. »

Surseoir aux obligations légales, les ignorer, mener une politique d‘éviction, tenter de se défausser de ses responsabilités, ignorer les personnes, s’entendre entre soi, ne sont pas l’apanage de Marseille, le mouvement des Gilets Jaunes en atteste.

Il n’en reste pas moins que dans la région Provence on fait fort.

Le Maire de Marseille a l’audace d’en appeler à la catastrophe naturelle pour situer le drame du quartier Noailles où huit personnes ont péri dans l’effondrement de deux immeubles, rue d’Aubagne ; où près de 2000 autres ont été délogées en un tournemain d’immeubles déclarés périlleux dans l’urgence de la panique, sans être ni convenablement relogées, ni accompagnées avec efficacité.

La Présidente du Conseil Départemental ferme les yeux sur les jeunes immigrés livrés à la rue, elle s’enferme dans des querelles casuistiques pour ne rien faire.

Le Président de la Région ouvre une souscription en faveur des malheureux policiers blessés par de sauvages agresseurs ivres de sang.

Ce à quoi fait écho un Ministre de l’Intérieur, ex Maire de Forcalquier, affecté d’un terrible rétrécissement du champ visuel, qui devrait lui interdire toute conduite de quoi que ce soit, y compris celle des affaires. « Quand on voit que certains perdent la raison et pensent qu'il faut financer l'action d'un casseur qui a brutalisé nos forces de sécurité, je souhaite rappeler où est l'ordre, la justice, car il n'y a pas de liberté sans forces de l'ordre", vient-il de  déclarer à la presse, ignorant délibérément l‘ultra violence systématique d’une police placée sous ses ordres. Nous sommes bien loin des « gardiens de la Paix » de mon enfance.

Ces gens-là n’ont rien d’humain. Ce sont des monstres froids.

Alors, que faire ? Répondre à leur violence par une contre-violence ? Certainement pas, cela ne pourrait que déboucher sur de très redoutables affrontements aux effets excessifs fort peu contrôlables.

Alors, quoi ? Le collectif MIE 13 a choisi la dérision et l’humour pour dénoncer incompétence et mauvaise volonté réunies. Armes si redoutables qu’elles laissent souvent sans voix leurs cibles, totalement prises au dépourvu lorsque leur vacuité et leur stérilité intellectuelles, ainsi que leur amoralisme sont mis en lumière.

Les Compagnons d‘Emmaüs ont offert  des jouets en peluche et en tissus. L’idée est vite apparue de les utiliser comme fer de lance de la dérision. Chaque objet est bientôt muni d’une étiquette   

A remettre à (Madame la Présidente)

Nous donnons ces peluches pour les enfants

que le Conseil Général laisse dormir dans la rue

en toute illégalité.

Ne jetez pas ces cadeaux. Transmettez-les !

Les solidaires et réfugiés du 59 Saint-Just

Une première distribution au personnel du Conseil Départemental, ainsi qu’une ornementation des accès au bâtiment a eu lieu hier, vendredi 10 janvier 2019, à l’occasion des vœux à la presse. Le lieu prend un air de décor pour "Alice au pays des Merveilles".

Quelle brute osera jeter des jouets au ruisseau ?

A suivre…

Des peluches face aux monstres
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Belle initiative que ces peluches innocentes, métaphores de l’enfance, de la paix, du bien vivre, <br /> En offrandes dans la rue elles prennent un nouveau sens, devenant symboles de notre mal être d'aujourd’hui, de l’état de précarité de beaucoup, de la violence insupportable que chacun subit. <br /> Elles portent en elles de beaux messages, ceux du désir d’un autre monde, où chacun y aurait sa place, des nouveaux liens <br /> de solidarités retrouvées avec les autres, de l’intérêt à vivre, à penser, à apprendre , à se cultiver, à donner, à partager…
Répondre
P
Dans ton texte tu parles de leur stérilité intellectuelle… Mais je suis un peu surpris, car tu leur concèdes une forme d’intellect même si elle est stérile. <br /> Je crains qu’ils soient tellement abrutis par leur logique de caste qu’ils n’ont aucune intelligence mais seulement des réactions et des stratégies redoutablement efficaces et éprouvées issues de leur caste.
Répondre
M
Formidable. Merci Jean.
Répondre