Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal

Ecriture

2 Avril 2019 , Rédigé par Blogue-note de Jean Klépal Publié dans #Pline, Montaigne, Freud, Agnès Varda, écrire, pulsion de vie

Savoir lire, écrire et compter (conter ?).

Ecrire fait ainsi partie du minimum requis. Ecrire peut se révéler un besoin fondamental, au même titre que lire, boire ou manger.

Il s‘agit d’un geste premier : aller à la rencontre du mot pour accéder progressivement à la découverte de la pensée.

Peu à peu, le besoin s’installe.

Nulla dies sine linea (Pline)[1]

Alors, cet exercice régulier s’apparente à une hygiène mentale source d’entretien des capacités intellectuelles, affectives aussi. Vigilance en alerte, l’écrivant se fait spongieux. Il écrit pour lui, pour tenter de se comprendre, pour tenter d’y voir clair. Il devient son principal  champ d’observation et d’expérimentation.

Ainsi, lecteur, je suis moy-mesmes la matière de mon livre (Montaigne)

 

Une envie de partage peut se faire jour après coup, mais c’est d’abord pour soi que l’on écrit. Pour tenter de comprendre.

Ecrire et se relire permet de mesurer l’évolution de nos points de vue, à mesure qu’avance le  chemin. C’est ainsi qu’il y a quelques mois, bousculé par un gros accident de santé, j’avais envie d’en finir, fatigué, lassé, ne voyant plus guère d’intérêt à poursuivre, fasciné par l’idée de la mort. Puisqu’il faut un jour ou l’autre en passer par là, autant ne pas trop attendre, le sentiment de sérénité aidant, le moment paraissait opportun. Lâcher prise, facilité peut-être.

Il n’en fut rien. Soins palliatifs, attention bienveillante des intervenants, la conscience d’une lente amélioration se mit à poindre.

Amélioration pour quoi ?

Pour moins mal vivre l’ici et maintenant.

Pour progressivement admettre la situation désormais imposée de semipotent (minus valido, disent joliment les espagnols).

Pour finir par y trouver quelque intérêt.

Pour reprendre plaisir au commerce d’autrui.

Pour rire, plaisanter ; pour réfléchir et envisager des choses à faire, à explorer, à tenter, envisager un à venir ensoleillé propre à admettre de mieux en mieux l’ultime et à continuer de s’y préparer en toute quiétude.

Autrement dit, reprendre goût à la vie, savourer sa précarité et laisser revenir des traces de juvénilité.

Eros contre Thanatos

Pulsion de vie / Pulsion de mort (Freud)

 

Activité apparemment solitaire, l’écriture se nourrit largement de l’extérieur. Evénements, surprises, rencontres, remarques et questionnement d’autrui. D’abord l’ouverture, ensuite le repli sur soi, sur son singulier universel, puis à nouveau l’ouverture dans l’offre de partage.

L’écriture se présente alors comme une fenêtre ouverte sur l’éternel quotidien. Il est passionnant.

Pour réfléchir, j’ai besoin de faire. De faire et de parler, toute seule je n’y arriverais pas

(Agnès Varda)

 

 

 

[1] Oui, je sais, existent des diarrhéiques du verbe. Laissons-les pour ce qu’ils sont, de simples pisseurs de copie,  style chasse d’eau. Existent aussi des stylistes mondains, petits marquis talons rouges dont le brillant de l’apparence masque la vacuité, précieux et précieuses ridicules. Des chroniqueurs, absents de leurs écrits, toujours le nez à la vitre. Des laborieux à la recherche de sujets vendeurs, butineurs voyageurs en quête de sujets. Ensemble producteur la plupart du temps d’écrits vains, le sachant sans s’en émouvoir. Par bonheur, il y a tous ceux qui ont quelque chose à dire, et savent le dire.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Cher Jean, <br /> Dans ta note au bas de page, tu ne dis pas le mal que certains peuvent faire par leurs écrits, leurs contenus. Et sur ce, sur le fonds des propos, je suis bien évidemment d'accord avec toi; il faut essayer de garder l'esprit critique. Non hélas, pour moi, l'anglophile , cela a résonné comme une poussée de prétention ou de vanité qui se résumerait ainsi: Moi, je suis justifié d'écrire, mais il y a plein de cons qui devraient s'abstenir. Les Anglais, souviens-toi que le Canada a la reine d'Angleterre sur ses billets de Banque, ont une tradition de permettre une libre expression publique qui frise parfois l'inadmissible. Mais ce serait un autre débat. Et le "vieux'' voulait dire supposément ''sage'' et tolérant: L i v e a n d l e t l i v e a n d a l l o w o t h e r s t o w r i t e a s t h e y p l e a s e. Je persiste et signe. <br /> Bises, <br /> Micheline
Répondre
M
Je n'avais pas lu la note de P-A P. C'est drôle comme on peut réagir différemment au même texte!! <br /> Vraiment je crois que je n'aurais pas eu le courage d'écrire ce que je viens d'écrire si j'avais lu ce commentaire avant. Alors tant pis et bonne poursuite!!!
Répondre
M
Superbe! C'est plein d'espoir! Ça remonte le moral! Il faut bien évidemment poursuivre ces réflexions et les partager à l'occasion. <br /> La note au bas de page gâche un peu l'ambiance; je l'enlèverais en vitesse! Nous sommes trop vieux pour juger les autres; essayons de les admettre comme existant et se manifestant aussi librement que nous.
Répondre
B
La note de bas de page est nécessaire, chère Micheline, ne serait-ce que pour éviter de nous faire bouffer par les nuisibles à l'espèce.<br /> L'âge permet le privilège de l'intransigeance. Tout admettre = se soumettre ! JK
P
Encore un beau texte et la note de bas de page qui ne s’embarrasse pas de rondeurs vaut son pesant de cacahuètes.
Répondre