Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal

"Il ne faut surtout pas tout mélanger"

1 Octobre 2019 , Rédigé par Blogue-note de Jean Klépal Publié dans #Marseille, Architectes de France, Loui XIV, Machiavel, Greta Thurnberg, ONU, privilèges, La Boétie, DH Thoreau

La scène se déroule à Marseille, où la MAF (Mutuelles des Architectes de France) vient de réunir ses adhérents pour une journée de formation sur les risques liés à l’exercice de la profession.

Celle-ci se déroule dans un hôtel 5 étoiles dominant le Vieux-Port. Une rencontre est prévue avec des représentants du Syndicat professionnel pour envisager des actions à mener en commun.

Le Président du Syndicat, circulant à vélo comme il le fait souvent, se présente à l’entrée. Il est refoulé car il n’existe pas d’emplacement pour garer sa monture sur le parvis de cet hôtel de luxe. Volontiers intransigeant, il refuse de se plier aux injonctions d’emprunter un autre accès éloigné, et décide de ne pas se rendre à l’invitation. Il téléphone peu après au directeur de la MAF, descendu de Paris avec ses premiers couteaux, pour l’avertir de son absence. Il refuse de revenir malgré l’insistance de son interlocuteur l’assurant d’une intervention auprès des sentinelles aux avant-postes. Echange assez bref, clos par une affirmation souverainement méprisante, bien dans l’air du temps : Il ne faut surtout pas tout mélanger.

Certes.

Alors décomposons, décomposons, jusqu’à nous laisser décomposer nous-mêmes, après avoir consenti à l’aveuglement.

Ne mélangeons pas tout, cependant tout se tient, tout est lié par la force d’un système généralisé. Il s‘agit beaucoup moins de mélanger que de repérer les liens susceptibles de faire sens, de permettre de comprendre comment le moindre détail est inscrit dans un grand tout, comment acheter un bifteck est déjà un acte politique, comment rien n’est indépendant de l’imperium d’un système broyant ce qui lui résiste, laminant les esprits, générant des comportements standardisés.

Une mutuelle soumise à la concurrence du privé se comporte comme ces laboratoires pharmaceutiques organisant des journées tape-à-l’œil destinées aux médecins cibles.

Hôtel 5 étoiles dans un lieu prestigieux, théâtralisation du statut social des invités, préservation de l’entre soi, autant de moyens pour mieux asservir la petite noblesse provinciale. Tel Louis XIV asphyxiant la Cour pour mieux la dominer, le Prince flatte la vanité de sa clientèle, dont il entretient l’imaginaire autour d’un passé nostalgique.

Pour maintenir les choses en l’état, il ne faut surtout pas tout mélanger, il faut tout séparer  pour donner le change et durer. Diviser pour mieux régner conseille Machiavel.

Effacement de la personne, dissolution de la sensibilité, l’Allemagne des années 30 a connu cela. Mais c’est si loin.

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Les souvenirs et les regrets aussi.

Et le vent du Nord les emporte,
Dans la nuit froide de l'oubli.

Greta Thunberg, la jeune suédoise initiatrice de la grève scolaire pour le climat, est digne d’attention lorsqu’elle dénonce le saccage de la planète, mais ses propos deviennent insupportables lorsqu’elle admoneste directement les politiques à la tribune de l’ONU (23 septembre 2019) : « Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. Je fais pourtant partie de ceux qui ont de la chance. Les gens souffrent, ils meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c’est d’argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? Comment osez-vous ! »

On s’empresse alors de lui conseiller de ne pas tout mélanger, quelques-uns vont même jusqu’à mettre en doute sa santé mentale.

Notre actuel Président relaie en priant les jeunes d’aller nettoyer chaque vendredi les rivières et les plages corses, plutôt que se joindre aux marches internationales pour le climat. Il demande du concret, se réservant la réflexion.

Pour indispensables qu’elles soient, les opérations ponctuelles permettent de donner le change, sans jamais remettre en question l’essentiel, soigneusement tenu à couvert par les décideurs sachant tout puissants. Elles ont un rôle analogue à celui des pétitions, nécessaire mais loin d’être suffisant.

Promouvoir la mutation écologique serait une volonté forte, nous dit-on en haut lieu, comment y croire alors que les privilèges d’ancien régime reviennent protéger le monde politique en place et que l’équilibre démocratique des pouvoirs se porte aussi mal.

Le manant doit déposer son vélo hors de la vue des hobereaux.

Désormais les anciens Premiers Ministres jouiront à vie, grâce à un récent décret, d’une voiture avec chauffeur.

Le décès d’un homme politique de premier plan, d’autant plus grand qu’il est définitivement mort, éclipse opportunément les questions environnementales et sanitaires  que pourrait immédiatement poser un gigantesque incendie industriel sur les quais du port de Rouen, au cœur de l’agglomération.

Désastre écologique face à un simple jalon de l’Histoire, effectivement il ne faut surtout pas tout mélanger, il ne faut surtout pas confondre ni comparer les fumées médiatiques. Les analogies sont hors sujet, par nature.

Le diable se niche dans les détails.

Lisons, relisons, faisons lire Etienne de La Boétie et son Discours de la servitude volontaire (1576), ainsi que DH Thoreau  et sa Désobéissance civile (1849).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
"(L'Etat moderne) ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige; il force rarement à agir, mais il s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gène, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n'être plus que des animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger." Alexis de Tocqueville ( 1805-1859)
Répondre
A
Une vidéo pour illustrer mon message précédent sur la situation bancaire et financière depuis 2008. <br /> Je vous accorde que mon message précédent n'a pas grand chose avoir avec l'article de Jean, mais Jean doit-être habitué maintenant.<br /> <br /> Je veux aussi et surtout préciser que pour moi rien est tout blanc ou tout noir et que la méthode à laquelle je m'oblige est de m'informer à différentes sources représentant un maximum d'opinions, d'idéologies, de pensées, de philosophies, de sagesses...pour me faire mon propre avis. avis souvent mouvant comme une dune. Cette vidéo est donc à mettre en perspective, à confronter avec d'autres opinions comme mes commentaires sur ce blogue. Cordialement.<br /> <br /> https://www.youtube.com/watch?v=POhqZIOJK_E&feature=youtu.be
Répondre
F
Je viens de parcourir rapidement « il ne faut pas tout mélanger ». Je m’attendais totalement à ces réactions, en vivant ces moments : Macron répondant minablement à la jeune suédoise, et l’incendie de Rouen.<br /> Sur ce dernier j’aurai honte d’être un préfet aux ordres en faisant de telles déclarations. Il lit, il est manifestement emprunté, mal à l’aise, ne dit rien qui ressemble à des vérités. La seule issue pour un fonctionnaire dans cette situation c’est de démissionner…en anticipant la décision qui suivra (le pauvre !) car il servira très probablement de fusible dans pas longtemps.<br /> M. et sa famille travaillent à Rouen et résident à 15 km environ au nord-est (Bosc Guérard St Adrien). Ils ont décidé de ne pas aller travailler le jour de l’incendie, les pâturages d’alentour de leur maison sont « dans le noir ». Et la vie continue « il n’y a rien à voir, mais vous aurez toute la vérité, le droit à la transparence vous est assuré » a assuré le premier des 5 ministres venus voir qu’il n’y avait rien à voir, juste quelques odeurs. Quelle horreur !<br /> Voilà pour une réaction à chaud.
Répondre
A
Bonjour Jean.<br /> <br /> À bien y réfléchir, quoique non encore dégrossies dans ma pensée, il semble que deux tendances de masse, deux choix de vie et du vivre ensemble, se confrontent en ce début de XXIème siècle. Je me demande d'ailleurs si cet antagonisme ne date pas du début de la sédentarisation de l'Homme Néolithique, comme une résurgence millénaire de nos corps nomades.<br /> <br /> - La première tendance est une globalisation politique. Le même.<br /> <br /> L'outil : une instance gouvernementale mondiale à venir.<br /> L'effet observé (ceci est mon jugement) : une société du même, de l'hygiénisme où une "technologie exponentielle" se charge petit à petit de polir les défauts humains. L'Homo deus libertarien.<br /> Le fonctionnement politique : Accompagnateur en système hygiéniste. Pour que tout soit pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mention "Lu et accepte les conditions et paramétrages".<br /> <br /> L'avis d'un prospectiviste établi : Le sens des choses (Robert Laffont). Pour affronter une économie mondialisée, il faut une instance politique planétaire, prône l’économiste et essayiste Jacques Attali. Sinon, dit-il, ce sont les forces du marché qui décideront de notre avenir collectif. Fut un temps, il y avait les forces de l'esprit.<br /> <br /> J. Attali toujours (intervievv télévisuelle CNevvs pêchée sur internet) : « Une grande crise sera nécessaire pour voir naître un gouvernement mondial ».<br /> <br /> Fin 2019 de nombreux analystes financiers nous disent que ce n'est qu'une question de temps, tous les voyants sont au rouge, rouge dilué par l'argent injecté par les banques centrales et autres taux négatifs, pour faire passer le problème au rose bisounours. (Journal les Echos le 19/09/2019) :<br /> « la Fed a dû injecter 53 milliards de dollars mardi puis 75 milliards mercredi dans le système financier ». Depuis nous en serions à 270 milliards.<br /> <br /> Injection dans le système financier pas dans l'économie réelle, vous l'aurez compris. <br /> <br /> - La deuxième tendance : des politiques locales. La diversité.<br /> <br /> L'outil : des processus démocratiques sur des territoires « à hauteur d'Homme » impliquant directement les citoyens.<br /> L'effet souhaité ? Une meilleure gestion de l'environnement, de la biodiversité. Une solidarité et une fraternité accrue. La préservation de la diversité humaine, des cultures, des différences. À voir.<br /> <br /> Sur ces deux tendances une est en cours, portée et administrée par ceux qui exercent le pouvoir et ceux qui votent pour eux, dite la majorité. La deuxième, un souhait, porté par une minorité.<br /> <br /> En Macronie la première est le progressisme, quant à la deuxième, une sédition.<br /> Pour être plus précis progressisme vs populisme dans les termes exacts.<br /> Pour moi hygiénisme du même vs diversité.<br /> <br /> Enfin, des fois je me demande si nos chers globalistes néo-libéraux n'ont pas raison après tout...<br /> C'est vrai, ils commencent à « nous courir » en Amazonie ces Indiens qui veulent garder leur territoire, quelle bande de populistes. Les aborigènes d'Australie, les Indiens d'Amérique, par exemple, on ne les entend plus hein, alors quoi.<br /> <br /> « L’homme qui vivra 1 000 ans est déjà né ». Laurent Alexandre, chirurgien urologue et auteur, notamment, de La mort de la mort, nous dit encore « en 2050, les gens avec moins de 150 de QI ne serviront à rien...» <br /> <br /> Ils ont combien de QI nos chers indiens d'Amazonie, hein ? À quoi servent-ils, hein ?<br /> On ne va pas se laisser emmerder, vive l'argent, vive la société du spectacle, vive la fabrique d'opinion, vive le consentement volontaire, vive la servitude volontaire, vive la société de surveillance, vive la subordination par le travail, bientôt (non déjà) vive la subordination par des robots au travail, à la maison, dans la rue, vive la reconnaissance faciale dans les rues de Chine où des caméras couplées à des algorithmes vous dévisagent, vous nomment et notent vos comportements sur votre permis à points de citoyen.<br /> <br /> Jusqu'ici tout va bien et tout ira pour le mieux demain. Divertissez-vous, consommez, travaillez, on s'occupe du reste, bien à vous.
Répondre