Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal

Réminiscences et analogies

17 Janvier 2021 , Rédigé par Blogue-note de Jean Klépal Publié dans #1939-1945, Occupation, droits sociaux, libertés individuelles, néo-libéralismz

 

Au soir d’une vie, étonnant et douloureux d’être sollicité par des analogies issues de réminiscences du quotidien le plus banal. Des décennies se sont écoulées, le monde a profondément changé et cependant… Il m’est fréquemment arrivé de déclarer « Je suis né au 19esiècle, le court 20e n’a vraiment démarré qu’aux alentours des années 1950 avec le début de la société de consommation ». Les bouleversements socio-techniques pour considérables qu’ils soient ne dissimulent pas les invariants majeurs blottis dans les rapports individus réalité sociale. Virus intellectuels et affectifs bloquant toute possibilité d’avancée fondamentale.

D’où de possibles analogies, évidemment contestables, néanmoins présentes à l’esprit. La séquence que nous vivons depuis un an bientôt est un révélateur fertile.

 

1939/1940 …

Affolement devant la montée des périls. Distribution massive de masques à gaz. Discours martiaux destinés à occulter la réalité de la pagaïe, de l’impréparation, de la désorganisation. Slogans simplistes : Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts ; les murs ont des oreilles… Propagande envahissante, disparition de l’information objective. Crainte d’un ennemi dissimulé, insaisissable, la 5e colonne, ainsi nommé par référence à un épisode fameux de la toute récente guerre d’Espagne.

Débâcle, exode, naufrage généralisé.

Abandon de pouvoirs à des ennemis des libertés.

Mesures coercitives, limitation des déplacements, zone occupée et zone libre, couvre-feu, laissez-passer, rafles, police aux ordres.

Chasse aux réfugiés, apatrides, opposants politiques, regroupés dans des camps. Déportation des Juifs. Terrible nuit de l’occupation.

Soumission du plus grand nombre. Délation, méfiance, surveillance des voisins.

Émergence lente et très progressive d’îlots de résistance parfois rivaux, difficiles à coordonner.

… 2020/2021

Affolement devant la propagation d’un virus et ses mutations agissant comme une insaisissable 5e colonne.

Obligation de porter un masque, gestes barrière. Pagaïe et contradictions dans la distribution, consignes de prévention parfois aberrantes, panique face au manque de moyens hospitaliers, au sous-équipement fruit d’une volonté affirmée de gestion strictement financière. Informations truquées, manipulation de la réalité, entretien d’une anxiété permanente. Presse servile. Absence totale de perspectives.

Inorganisation de la distribution de vaccins, bobards et contre-vérités à propos des centres de vaccination submergés.

Abandon de pouvoir à un Comité de vigilance sanitaire prévalant sur les instances gouvernementales et parlementaires.

Gouvernement par décrets, état d’urgence permanent. Violences policières. Réduction des libertés, confinement, couvre-feu, attestations de déplacement, législation répressive (Loi de « Sécurité globale », fichages).

Interdiction d’activités estimées non essentielles, théâtres, cinémas, sports.

Incohérence des décisions prises, fermeture sélective de secteurs commerciaux, dérogations incompréhensibles, fonctionnement aberrant des établissements d’enseignement, transports publics. Arbitraire.

Accroissement de la chasse aux immigrés, camps de rétention, non prise en charge des mineurs à la rue.

Étonnante soumission globale de la population. Existence d’ilots de résistance à l’emprise du tout économique.

 

Sommes-nous en train de renoncer aux libertés au prétexte d’une urgence sanitaire répondant au seul impératif économique ? Interroge à bon escient Télérama dans son n° 3705, semaine du 16 au 22 janvier 2021.

Dans un court article intitulé Opposer protection et libertés est un faux débat, Julia Christ, qualifiée philosophe, propose quelques remarques intéressantes, porteuses de réflexion. Elle souligne le lien passé sous silence entre libertés individuelles et droits sociaux. A l'évidence, le premier confinement résulte de l’incapacité matérielle des hôpitaux à accueillir tous les malades. On voit bien ainsi que les libertés individuelles sont limitées non pas pour assurer notre sécurité, mais pour pallier les déficiences sociales hospitalières. Mauvaise foi et mensonge officiel.

Clairement, les droits sociaux (être soigné, manger à sa faim, être éduqué…) fondent sécurité et libertés fondamentales. Face à cela, l’aspect liberticide des projets de lois actuellement en débat est le propre d’un gouvernement qui pense que les libertés individuelles sont à réduire à la portion congrue. En effet pour le néo-libéralisme les droits de la personne ne valent rien au regard des impératifs économique du profit maximum. Cette tendance autoritaire est inhérente au système libéral. Il y a là comme une marque de l’incurable incompétence de gouvernants pensant que la cohésion sociale ne peut être obtenue qu’en imposant à coups de matraque et de lois hâtives leurs valeurs baptisées « principes républicains ». Mépris, soumission, servilité, loi d’airain du néo-libéralisme économique.

L’aveuglement est total.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article