Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal

Lorsque l'enfant parait...

26 Août 2021 , Rédigé par Blogue-note de Jean Klépal Publié dans #Victor Hugo, tefan Zweig, Walter Benjamin

Lorsque l’enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris ; son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux, ...

… Seigneur ! préservez-moi, préservez ceux que j’aime,
Frères, parents, amis, et mes ennemis même
Dans le mal triomphants,
De jamais voir, Seigneur ! l’été sans fleurs vermeilles,
La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles,
La maison sans enfants !

(Victor Hugo, Les feuilles de l’Automne, XIX)

 

Dans la très grande majorité des cas l’annonce d’une naissance prochaine est source de réjouissance. Promesse de l’aube, promesse de l’à venir. Ce point serait tellement acquis, tellement ancré, qu’il ne saurait faire l’objet de la moindre réserve, à peine de scandaleux outrage aux allants de soi. Idéologies et convictions issues d’une pensée ancestrale imposent comme une évidence les applaudissements à grands cris.

Et cependant, en 1831 date de parution du recueil cité en exergue, Victor Hugo envisage l’inouï d’un été sans fleurs, d’une absence d’oiseaux, et d’une disparition des abeilles entrainant celle des enfants, c’est à dire de la fin de la vie ainsi que nous la connaissons depuis les origines. Exactement ce à quoi nous sommes tout proches d’être rendus.

Que l’on y songe bien :

- la fonte de la calotte glacière arctique ne réjouit que les économistes les plus cupides, attachés à la réduction des coûts de transports de matières premières nécessaires à la production de biens devenus dévastateurs, à bannir ;

- le dégel progressif du sol du Groenland permet à des prédateurs  criminels d’entreprendre des forages à la recherche de matériaux rares propres à l’industrie de masse la plus polluante, susceptibles de provoquer et d‘accélérer de considérables désordres géologiques et de libérer des virus dormants encore inconnus ;

- le Gulf Stream risque de s’effondrer promettant à l’Europe des accroissements extrêmes de température :

- le réchauffement climatique général est désormais une donnée de fait provoquant incendies gigantesques, inondations diluviennes, ouragans à répétition, sécheresses absolues, canicules.

Certes, des catastrophes ont eu lieu depuis les origines, des espèces ont disparues, mais jamais les conditions mêmes de toute forme de vie possible, animale ou végétale, sur la Planète n’ont été mises en cause comme c’est désormais le cas. Il est fort probable que des seuils de non-retour ont été atteints, puis dépassés.

Nous sommes dans une véritable situation de sauve qui peut à laquelle aucune équipe dirigeante, nulle part, ne semble vouloir ou pouvoir sérieusement se confronter, les intérêts immédiats et la volonté de prévaloir l’emportent en tous cas, en tous lieux. Nez à la vitre et mensonges à répétition proférés comme des mantras. Le destin d’un footballeur réputé, la répétition de faits divers, et les épisodiques prises de parole officielle servent d’anesthésiants. La plupart semblent se laisser prendre, par lassitude, par incompréhension, par peur, par ignorance ? Pour toutes ces raisons, pour d’autres encore sans doute, dont la recension importe peu, en fait. Ce qui importerait serait de se demander comment parvenir à faire progresser une parole porteuse de réflexion, donc de prise de conscience.

La voie des analogies semble vouée à l’échec. Celles-ci, comme les remémorations, ne valent que pour ceux qui ont connu certains des aspects évoqués, sinon il ne s’agit que d’images non superposables, souvent incompatibles, donc trompeuses et peu parlantes.

Reste alors, peut-être, l’évocation d’un système répétitif, opératoire depuis des lustres, et la proposition d’une réflexion personnelle sur la triade Imposer Contrôler Trier.

Voici qui tient la route, que ce soit, en vrac, à propos des Cathares (Inquisition), des Protestants (Louis XIV), des Ci-devant ennemis du peuple (période révolutionnaire), des Juifs et des minorités (Nazisme, mais pas seulement), des petit-bourgeois réactionnaires (bolchevisme), des Immigrés (5e République), et maintenant des vaccinés et non-vaccinés.

Les modalités, les échelles, les moyens mis en œuvre sont bien entendu différents, les principes et les processus comportent néanmoins semble-t-il bien des rapports.

Si nous ne parvenons pas rapidement à nous trouver collectivement, à nous conforter par une attention accrue à l’essentiel, à ce qui fonde notre humanité, à tisser des liens de reconnaissance, à nous déprendre de l’actualité morne et vide, à nous garder d’un électoralisme racoleur et répugnant, il est probable que nous serons dissous dans un mélange pâteux, visqueux, tandis que retentiront les trompettes de l’Apocalypse. Alors quelle autre solution que celle individuellement choisie en leur temps par Stefan Zweig ou Walter Benjamin ?

Combien de temps encore le cercle de famille, béat, naïf, et benêt va-t-il continuer à s’esbaudir à l’arrivée d’un nouveau-né voué au désastre, égoïstement volontairement conçu pour la satisfaction de géniteurs plus soucieux de leur bonheur immédiat que du drame d’une vie devenue impossible. Ils se débrouilleront toujours, ils s’adapteront, entends-je souvent dire. Peut-on se montrer plus nettement abandonnique ?

Je sais que je vais profondément choquer, l’arrière-grand-père comblé que je suis ne peut se taire pour autant. Le souci permanent que je me fais pour mes descendants l’emporte. La discussion vaut largement la peine. Aura-t-elle lieu ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Non, ton texte ne m'a pas choqué, Jean.<br /> Il est plein de vérité, d'humanité... Il rejoint un grand nombre de mes préoccupations sur l'avenir de notre belle planète en péril et sur la menace que cette société du profit à l'infini (pour quelques uns) fait courir aux différentes espèces animales, dont (nous semblons l'oublier) faisons partie.
Répondre
B
Merci de cette appréciation. Contrairement à ce que j’envisageais, je n'ai reçu jusqu’à présent que des marques d’assentiment à mes propos. Cela voudrai-il dire que le Covid et l’incohérence souvent contradictoire des mesures qu'il entraîne ont un effet plutôt bénéfique sur la capacité de réflexion de nos semblables ?