Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal

Que la fête continue !

20 Juin 2012 , Rédigé par Blogue-note de Jean Klépal

 

Les législatives clôturent une longue séquence éprouvante. Près de quarante cinq pour cent d’abstentions en moyenne nationale, voilà qui devrait figurer au premier plan des préoccupations des professionnels de la politique. Quel désaveu ! Voilà qui relativise sérieusement la victoire d’une majorité au socle fissuré. Voilà qui clame l’usure d’un système et le déficit de démocratie ressentis par un nombre considérable d’électeurs tenus à distance, mis hors jeu, par des règles auxquelles ils n’accordent plus crédit. Réenchanter la politique prétendaient certains… le chantier est immense.

 

Le PS est désormais confronté à un terrible défi : il doit réussir, sinon quels dégâts dans cinq ans et quel retour de bâton à prévoir. Aura-t-il suffisamment d’audace et de détermination ? Sortira-t-il de son conformisme et de sa complaisance envers un système qui détruit patiemment la planète depuis trop longtemps ? Sortira-t-il de sa molle complicité avec l’ordre international établi ? Saura-t-il parler haut et fort pour briser la spirale de l’effondrement programmé ? Parviendra-t-il à insuffler non seulement en France, mais aussi en Europe, quelque enthousiasme réparateur collectif ?

Le PS doit désormais se dépasser, se transformer. Il est aux affaires, sa marge de manœuvre est quasi inexistante. Il lui faut absolument trancher, inventer, innover. Il lui faut aborder les obstacles avec un courage des plus farouches, une détermination sans faille, une rectitude morale incontestable. Le moindre dévoiement lui serait fatal, à nous aussi.

Puisse sa majorité absolue ne pas lui être fatale. Elle le serait également pour nous tous.

 

Cela étant, la bêtise, l’autosuffisance, d’une part, tout comme les combines et le fanatisme ont pris des coups. C’est parfois assez rigolo. Ségolène Royal, Jack Lang, Michèle Alliot-Marie, Claude Guéant, Renaud Muselier (Marseille), Nadine Morano, Maryse Joissains (Aix-en-Provence), et Marine Le Pen ont mordu la poussière.

Mais la stupidité béate et la mauvaise foi systématique demeurent bien ancrées. A titre d’exemples, Jean-François Copé et Xavier Bertrand l’ont emporté.

La médiocrité n’a pas empêché Patrick Menucci d’être élu à Marseille par plus de 70% des votants (51% d’abstentions cependant).

La maladresse, l’indécision et le Don Quichotisme ont été fatals à François Bayrou.

 

Une question mérite un approfondissement : comment le Front de gauche, incontestable vedette du premier tour de la présidentielle, a-t-il pu connaître un tel effondrement ? La crise post partum de Jean-Luc Mélenchon ne suffit pas à tout expliquer.

                      

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
oui, la tâche va être rude et les embuches nombreuses mais dans l'instant, ne boudons pas notre plaisir, le soulagement est grand. Se délecter de lire et relire les noms de tous ces battus...
Répondre
F
La dernière question sur l'effondrement du Front de gauche n'a-t-elle pas une partie de sa réponse dans ce que tu dis: "la marge de manoeuvre est quasi inexistante, donc il faut<br /> trancher,inventer,innover".Comment faire le lien entre ces deux assertions? Que veut dire "marge de manoeuvre quasi inexistante: la réalité dont elle est la conséquence est-elle contournable? Pour<br /> prendre une métaphore, la route est trop cahotique, faisons une sortie de route pour en tracer une autre. C'était le projet du Front de Gauche et ça n'a pas marché. Le plus important aujourd'hui<br /> n'est-il pas de se trouver des alliés pour commencer à faire entendre sa différence.Il a déjà obtenu quelques succès - concrétisés par la résistance de Merkel et la mise à jour des méthodes de<br /> voyou de Cameron. Hollande doit fédérer autour de ses projets de réprise,de politique bancaire, de vision de l'Europe, mais forcement recherche d'alliance évoque négociation, voire compromis. Mots<br /> qui n'étaient pas dans la culture de Mélanchon.CQFD
Répondre
P
le nihilisme l'égoisme et le côté "enfants gâtés de la démocratie" des abstentionnistes ne m' intéressent absolument pas même si je reconnais qu' il faudrait certainement changer le système des<br /> élections . Seuls comptent ceux et celles qui font le geste! même si celui çi est relatif . L" impureté de la démocratie est celle du gouvernement des humains et rie que des humains , donc c' est<br /> vrai toujours perfectible . Quand au parti socialiste et alliés c' est un espoir et un changement qui peuvent être mis en oeuvre en évitant la défiance , la critique , avant même qu'ils aient<br /> entrepris quoique ce soit . Parfois il faut y croire : croire ! ( sans être naif ni béat !) croire comme pour l' art . Quand aux hommes ou femmes politiques c' est le labyrinthe des égos , des<br /> narcissismes et des vanités mais bon ! là aussi cela fait partie des dramaturgies ou comédies théatrales des humains , c' est l' agora , la place publique , la scène de théatre des conflits , des<br /> passions et pouvoirs des humains entre entre eux mais là encore mieux vaut cela ( l'agora républicaine et démocratique) que les régimes autoritaires qui réglent leur histoire par les armes et la<br /> violence .
Répondre