Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal

daniel mendelsohn

Une Odyssée

24 Juillet 2019 , Rédigé par Blogue-note de Jean Klépal Publié dans #Daniel Mendelsphn, Odyssée, Homère, Guerre de Troie, Ithaque, Télémaque, Bruegel, Chute d'Icare, Dédale, linguistique, #Daniel Mendelsohn

L’auteur, Daniel Mendelsohn, est un universitaire américain, helléniste distingué. Son livre s‘intitule Une Odyssée, un père, un fils, une épopée (Flammarion 2017 ;  J’AI LU déc. 2018). 

Il nous fait parcourir en quelques 480 pages souvent envoutantes son Odyssée personnelle à la recherche de son père, mathématicien extrêmement rigoureux, dénué de toute délicatesse.

Un séminaire consacré à Homère et l’Odyssée destiné à des étudiants de licence, auquel son père lui demande d’assister fournit l’occasion  rêvée d’une exploration de la difficile relation père-fils.

S’en suit une très fine analyse littéraire aux riches prolongements autobiographiques. A mesure qu’avance l’étude du texte grec, s’enrichit le questionnement parallèle de la relation Mendelsohn Sr et Jr.

Ulysse est le père de Télémaque, Guerre de Troie suivie de dix ans d’errance ne leur ont pas permis de se rencontrer avant le retour à Ithaque. La relation entre Jay Mendelsohn et son fils Dan est médiocre, insatisfaisante, bourrée d’inconnues. Parviendront-ils à se trouver, à s’éclairer l’un l’autre ? La quête revêt des aspects parfois bouleversants. Une croisière ensemble « sur les traces d’Ulysse », puis la fin de vie de Jay, apporteront un apaisement relatif, mais demeurera la question universelle : que sait-on jamais vraiment de ses origines, comme de ses géniteurs ?

Daniel Mendelsohn prend appui sur La chute d’Icare peinte par Bruegel, pour souligner "l’écueil qui consiste à prendre le premier plan pour l’ensemble du tableau ».

Ce tableau illustre un autre drame mythique de la relation père-fils : Icare ignore délibérément les sages conseils de son père Dédale, il en paie le prix fort.

Notre attention est attirée par Bruegel sur la nécessaire humilité tenant à la prise en considération de ce qui nous échappe lorsque nous sommes trop pris par nos visions premières. Le détail qui donne son nom à l’œuvre, des jambes qui s’agitent à la surface de l’eau, n’est perceptible qu’après coup.

Voilà peut-être ce qui rend aussi fascinant cet ouvrage plutôt insolite.

Autre intérêt non négligeable du livre : le savant décorticage des étymologies, donc des sens, et des significations.

D’où viennent les mots, les expressions, de quelles racines se composent-ils, comment s’enrichissent-ils en se modifiant, en s’ajoutant préfixes et suffixes. C’est absolument passionnant et donnerait envie d’entreprendre des études pointues de linguistique.

Quelques exemples picorés au hasard :

- Voyage, ancien français voiage, viaticum latin, comprenant via, la route, le viatique étant ce qu’on emporte pour la route.

- Journey (angl.), vieux français jornée, diarium latin, étape quotidienne, dies latin > un long trajet.

- Travel (angl.), travail, effort laborieux ou douloureux, tripalium latin, instrument de torture.

- Odyssey (angl.), odyssée, grec odysseia, distance, émotion, difficulté, danger.

Odysseia > Odysseus (nom propre) > latin Ulysse. Odysseus, Ulysse, l’homme de douleur.

Ce qui se cache derrière les mots.

Ce que parler veut dire.

Lire la suite