Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal

football, racisme, xenophobie, stades et desordres

A propos...

13 Septembre 2019 , Rédigé par Blogue-note de Jean Klépal Publié dans #Football, racisme, xénophobie, stades et désordres

Que le football soit un sport très populaire est indéniable.

Que la pratique de ce sport puisse développer le sens de la solidarité au sein d’une équipe, le plaisir du partage d’un objectif commun, l’attention aux contributions individuelles, ainsi que l’intégration dans un groupe, est également indéniable.

Que ce sport suscite un engouement parmi toutes les classes de la société, est tout aussi indiscutable.

Cela étant …

Depuis des lustres, les appétits financiers de plus en plus considérables, les rivalités de carrière, le vedettariat, les entorses à la morale la plus élémentaire dues à la distorsion du statut de divers joueurs, le déni et le mensonge à propos de certains matchs, les enjeux politiques nationaux et internationaux, en pervertissent la pratique.

Les stades sont devenus des terrains d’affrontement entre bandes de supporters rivaux, souvent assoiffés d’en découdre. Ce qu’il y a de plus bas dans la nature humaine, bestialité aveugle, haine de l’autre, xénophobie, est sollicité et dangereusement mobilisé. Nombreuses sont les rencontres où les questions de sécurité publique priment avant tout. Les compétitions internationales font d’abord la une à la rubrique des faits divers. Un « grand » mach est nécessairement accompagné de désordres. C’est dans l’ordre des choses ; donc admis quoique décrié. On déplore le temps d’un battement de paupières, et on passe à un autre sujet. La faculté d’adaptation ne connaît pas de limites.

Le jeu de football proprement dit ne semble pas directement en cause, c’est ce que sa pratique instrumentalisée entraîne d’ignoble et d’intolérable qui suscite le rejet.

Les dirigeants responsables de l’exercice de ce sport devenu spectacle populaire, véritable phénomène social, portent une charge d‘autant plus lourde qu’elle se devrait d’être exemplaire. Outre le public des stades, des milliers de joueurs, dont certains très jeunes, sont concernés par ce prolongement de l’école. Il s’agit notamment de pédagogie et d’éducation sociale, ce qui devrait impliquer réflexion, intransigeance, et circonspection.

Or…

Des décisions d’interruption de matchs en cours, consécutives au jaillissement de chants homophobes dans les tribunes du public ont récemment été prises par des arbitres conséquents.

Le Président de la Fédération Française de Football vient de déclarer à cette occasion : « Je vais être tout à fait clair. Le football reçoit tout le monde, toutes les classes sociales. Je suis totalement contre. Je ne veux pas être pris en otage sur l'homophobie. … Considérer que le football est homophobe, c'est un peu fort de caféC'est une erreur (d'arrêter les matchs pour des chants homophobes). Mais je ferai arrêter un match pour des cris racistes, ou pour des raisons de sécurité.» 

Trop d’intransigeance ne peut qu’entraîner une désaffection progressive à l’égard des rencontres importantes, donc une baisse des ventes de billets et des produits annexes. Il faut savoir raison garder. 

Ce monsieur est certainement un homme fort respectable, pénétré de l’importance de son titre et de sa fonction, soucieux d’équilibre, de rigueur et de pédagogie. Bref, un type « bien ». Il souffre à coup sûr des souillures récentes portées à l’image de quelques dirigeants internationaux suite à de malheureuses compromissions financières que l’on aimerait taire.

De surcroit c’est un fameux expert. Faire la distinction entre chants homophobes et cris racistes sur une échelle d’ignominie relève de l’exploit. C’est peser du lourd avec un trébuchet, et cela n’est pas donné à tout le monde. Chapeau l’artiste !

Où situer le curseur pour décider du tolérable et de l’intolérable ?

Les grand-messes de Nuremberg, la naïveté coupable des négociateurs à Munich, cela ne rappelle rien à personne ?

Le progrès de l’esprit humain est incommensurable.

La vie est belle, demain sera toujours un autre jour.

Lire la suite