Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal

marseille, architectes de france, loui xiv, machiavel, greta thurnberg, onu, privileges, la boetie, dh thoreau

"Il ne faut surtout pas tout mélanger"

1 Octobre 2019 , Rédigé par Blogue-note de Jean Klépal Publié dans #Marseille, Architectes de France, Loui XIV, Machiavel, Greta Thurnberg, ONU, privilèges, La Boétie, DH Thoreau

La scène se déroule à Marseille, où la MAF (Mutuelles des Architectes de France) vient de réunir ses adhérents pour une journée de formation sur les risques liés à l’exercice de la profession.

Celle-ci se déroule dans un hôtel 5 étoiles dominant le Vieux-Port. Une rencontre est prévue avec des représentants du Syndicat professionnel pour envisager des actions à mener en commun.

Le Président du Syndicat, circulant à vélo comme il le fait souvent, se présente à l’entrée. Il est refoulé car il n’existe pas d’emplacement pour garer sa monture sur le parvis de cet hôtel de luxe. Volontiers intransigeant, il refuse de se plier aux injonctions d’emprunter un autre accès éloigné, et décide de ne pas se rendre à l’invitation. Il téléphone peu après au directeur de la MAF, descendu de Paris avec ses premiers couteaux, pour l’avertir de son absence. Il refuse de revenir malgré l’insistance de son interlocuteur l’assurant d’une intervention auprès des sentinelles aux avant-postes. Echange assez bref, clos par une affirmation souverainement méprisante, bien dans l’air du temps : Il ne faut surtout pas tout mélanger.

Certes.

Alors décomposons, décomposons, jusqu’à nous laisser décomposer nous-mêmes, après avoir consenti à l’aveuglement.

Ne mélangeons pas tout, cependant tout se tient, tout est lié par la force d’un système généralisé. Il s‘agit beaucoup moins de mélanger que de repérer les liens susceptibles de faire sens, de permettre de comprendre comment le moindre détail est inscrit dans un grand tout, comment acheter un bifteck est déjà un acte politique, comment rien n’est indépendant de l’imperium d’un système broyant ce qui lui résiste, laminant les esprits, générant des comportements standardisés.

Une mutuelle soumise à la concurrence du privé se comporte comme ces laboratoires pharmaceutiques organisant des journées tape-à-l’œil destinées aux médecins cibles.

Hôtel 5 étoiles dans un lieu prestigieux, théâtralisation du statut social des invités, préservation de l’entre soi, autant de moyens pour mieux asservir la petite noblesse provinciale. Tel Louis XIV asphyxiant la Cour pour mieux la dominer, le Prince flatte la vanité de sa clientèle, dont il entretient l’imaginaire autour d’un passé nostalgique.

Pour maintenir les choses en l’état, il ne faut surtout pas tout mélanger, il faut tout séparer  pour donner le change et durer. Diviser pour mieux régner conseille Machiavel.

Effacement de la personne, dissolution de la sensibilité, l’Allemagne des années 30 a connu cela. Mais c’est si loin.

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Les souvenirs et les regrets aussi.

Et le vent du Nord les emporte,
Dans la nuit froide de l'oubli.

Greta Thunberg, la jeune suédoise initiatrice de la grève scolaire pour le climat, est digne d’attention lorsqu’elle dénonce le saccage de la planète, mais ses propos deviennent insupportables lorsqu’elle admoneste directement les politiques à la tribune de l’ONU (23 septembre 2019) : « Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. Je fais pourtant partie de ceux qui ont de la chance. Les gens souffrent, ils meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c’est d’argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? Comment osez-vous ! »

On s’empresse alors de lui conseiller de ne pas tout mélanger, quelques-uns vont même jusqu’à mettre en doute sa santé mentale.

Notre actuel Président relaie en priant les jeunes d’aller nettoyer chaque vendredi les rivières et les plages corses, plutôt que se joindre aux marches internationales pour le climat. Il demande du concret, se réservant la réflexion.

Pour indispensables qu’elles soient, les opérations ponctuelles permettent de donner le change, sans jamais remettre en question l’essentiel, soigneusement tenu à couvert par les décideurs sachant tout puissants. Elles ont un rôle analogue à celui des pétitions, nécessaire mais loin d’être suffisant.

Promouvoir la mutation écologique serait une volonté forte, nous dit-on en haut lieu, comment y croire alors que les privilèges d’ancien régime reviennent protéger le monde politique en place et que l’équilibre démocratique des pouvoirs se porte aussi mal.

Le manant doit déposer son vélo hors de la vue des hobereaux.

Désormais les anciens Premiers Ministres jouiront à vie, grâce à un récent décret, d’une voiture avec chauffeur.

Le décès d’un homme politique de premier plan, d’autant plus grand qu’il est définitivement mort, éclipse opportunément les questions environnementales et sanitaires  que pourrait immédiatement poser un gigantesque incendie industriel sur les quais du port de Rouen, au cœur de l’agglomération.

Désastre écologique face à un simple jalon de l’Histoire, effectivement il ne faut surtout pas tout mélanger, il ne faut surtout pas confondre ni comparer les fumées médiatiques. Les analogies sont hors sujet, par nature.

Le diable se niche dans les détails.

Lisons, relisons, faisons lire Etienne de La Boétie et son Discours de la servitude volontaire (1576), ainsi que DH Thoreau  et sa Désobéissance civile (1849).

Lire la suite