Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 19:57

A mi chemin entre Apt et Forcalquier, Montjustin est un village de Haute-Provence, célèbre surtout grâce au prestige de ses habitants ou de ses illustres visiteurs. Le poète Lucien Jacques, le peintre Serge Fiorio, le photographe Henri Cartier-Bresson, y ont vécu et y ont laissé des traces. Jean Giono, le voisin de Manosque, amoureux du lieu, contribua à son renouveau.

Depuis, ce minuscule village demeure un de ces foyers culturels qui ponctuent la Haute-Provence, dont le pays de Forcalquier constitue un épicentre.

C’est là qu’en octobre 2012 l’association Montjustin à dos d’éléphant (à dos d’éléphant parce qu’un certain Hannibal serait passé par là, il y a déjà quelque temps) a inauguré L’Ecole Buissonnière, un café-restaurant associatif à vocation culturelle. Des expositions, des soirées littéraires ou musicales, ainsi que des rencontres-débats sur les enjeux de la région y sont régulièrement organisées.

Accroché au Luberon, l’endroit est splendide, la promenade remarquable et la table aussi réjouissante que l’accueil de la maîtresse des lieux, jeune femme résolue.

Nous avons là un exemple vrai de ce que peut la volonté de résistance de personnes déterminées à ne pas se laisser détruire par le système dominant actuel.

Nombreux sont aujourd’hui ceux qui refusent de sonner désespérément à la porte des entreprises publiques ou privées décidant souverainement du sort de chacun. Ils récusent bec et ongles l’alternative portion congrue ou consentement à l’obscénité du chômage récurrent.

Tournant délibérément le dos à la recherche d’un emploi aussi hypothétique que précaire, ceux-là se débrouillent. Qu’est-ce à dire ? Ils ont appris au fil du temps à rejeter l’illusion d’une stabilité qu’ils n’ont jamais connue ou bien qu’ils ont appris à détester tant elle requiert d’abandon de soi. Et pourtant, ils vivent ! Certes pas dans l’opulence et la tranquillité, mais ils vivent solides et confiants, en accord avec eux-mêmes, ce qui vaut tout aussi bien. Chacun d’entre eux est une graine qui lève. La notion de solidarité, totalement obsolète par ailleurs, leur est fondamentale. Porteurs de l’idée qu’un autre monde est possible, ils retournent aux principes de base et refusent l’apparence des illusions. Ils savent faire l’économie du superflu, ce qui les rend souvent radicaux. Ils avancent patiemment leurs pions.

Où les rencontrons-nous ? Souvent diplômés, détenteurs d’un solide cursus universitaire, d’origines très diverses (les reconversions sont fréquentes), ils essaiment surtout dans les milieux afférents à la culture, ceux de la production agricole ou de l’artisanat.

Leur talent principal réside dans le tissage méticuleux de relation périphériques et de mise en réseaux alternatifs. Ils se passent des institutions dont ils savent qu’ils n’ont rien à attendre. Ils prennent les discours et les promesses pour ce qu’ils sont, des miroirs aux alouettes. Ils savent que l’on ne peut compter que sur soi et sur ses semblables. Ce sont toujours des histoires de personnes à la rencontre d’elles-mêmes et des autres. Dénués d’agressivité à l’égard des gens de pouvoir, ils se contentent de les ignorer, arme beaucoup plus subtile et redoutable à la longue. Ils ont compris que s’attaquer directement au pouvoir n’a pour seul effet que de le renforcer dans son existant.

C’est sans doute comme cela que des voies nouvelles peuvent s’élaborer et que des expériences originales peuvent voir le jour.

L’Ecole Buissonnière, à Montjustin, est l’un de ces précieux ilots de résistance qu’il faut faire connaître, qu’il faut fréquenter, meilleure façon de les aider.

L'Ecole Buissonnière - ecolebuissonniere-montjustin.over-blog.com - 04 13 37 06 00

Café, table ouverte, chambre d'hôte, lieu de convivialité, d'animation et de programmation culturelle de l'association "Montjustin à dos d'éléphant".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nicole 02/08/2014 16:58

nous sommes allez plusieurs fois à l'école buissonière à Montjustin, en couple ou en groupe, la nourriture qui y est servie est très bonne, sans fioritures, de la cuisine, belle dans l'assiette et bonne dans la bouche, Merci à Marie pour son accueil et à tous ceux qui y travaillent. Une bonne adresse que je donne volontiers aux gens que je connais.

Présentation

  • : Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal
  • Epistoles-improbables - Blogue-notes de Jean Klépal
  • : Remarques, réflexions, parti-pris et jets de vapeur sur la vie qui va et ses détours.
  • Contact

Recherche